Test Cyberpunk 2077 : Nouvelle référence ou échec total ?

snir

15/20

L'avis de SNIR

Cyberpunk 2077 est un bon jeu, c’est indéniable, mais il est très loin d’offrir les très nombreuses promesses faites durant ces nombreuses années d’attente. Aujourd’hui le jeu apparaît comme encore en développement, avec un contenu beaucoup trop faible, et un jeu clairement pas fini à sa sortie. Cyberpunk 2077 semble n’être qu’une phase Beta du projet ou un accès anticipé, dans lequel beaucoup de mécaniques et de choses restent à ajouter. Le nombre de promesses pas tenues assombrit le tableau pourtant joli, avec de gros points fort comme l’écriture des personnages et le level design de la ville vraiment réussi. Très inégale en fonction des plate-formes, l’immersion n’est pas suffisante, et il semble beaucoup plus sage d’attendre plusieurs mois avant d’essayer ce qui aurait pu être une nouvelle référence du jeu vidéo bridé par un manque d’ambition ou de temps de développement.

Le test :

Partager le test :

Plus de 5 ans après le dernier The Witcher 3, CD Projekt revient avec une nouvelle licence d’un tout autre genre. 

Le jeu prend place dans l’immense ville de Night City, corrompu et contrôlée par les grandes entreprises. Vous prenez le contrôle de V, un protagoniste que vous aller créer de A à Z, avec un passé que vous choisissez également. V fera la rencontre de beaucoup de personnages, amis ou ennemis, tout aussi charismatique les uns que les autres.

Nouvelle référence du RPG immersif ou énorme raté ? La réponse dans ce test

Ce test est sans spoil sur le scénario, mais il est impossible de donner un avis complet sans évoquer certains passages du jeu, soyez en conscient.

Nous allons passer en revue les points importants : gameplay, graphisme, scénario, bande-son, duré de vie, avant de donner une note finale. Je vous invite vous aussi à donner votre avis dans les commentaires.

Les graphismes :

Très prometteur dans les trailers et les nombreux gameplay étalés sur plusieurs années d’annonce et de hype, Cyberpunk 2077 arrive enfin entre nos mains. Et il faudra commencer par un point très clair : suivant votre plateforme, vous n’allez pas jouer au même jeu !

Avec 3 versions totalement différentes, la version PC, beaucoup plus aboutie, vous fera profiter au maximum de ce que Cyberpunk à a proposer, à condition d’avoir une machine particulièrement bien équipée, sous peine voire le framerate s’écrouler.

Sur PS4 Pro, One X et sur Next Gen (il s’agit de la même version, à l’heure de ce test) c’est jouable, mais beaucoup moins impressionnant.

Et pour ce qui est de la PS4 et la One, le jeu sera réduit à son strict minimum, je ne peux que vous conseiller d’attendre avant de profiter de Cyberpunk 2077 ce serait vraiment dommage.

Parlons du point évident avant tout : les bugs. Oui Cyberpunk 2077 est ultra buggé à sa sortie, le jeu n’a pas eu le temps d’être finalisé, peaufiné et stabilisé, au point de se faire retirer des stores Playstation et Xbox…

Le jeu repoussé pourtant déjà 2 fois (et heureusement) n’aurait jamais dû sortir dans cet état, pour se concentrer sur une vraie version Next Gen en 2021. Avec beaucoup de bugs visuels, parfois drôles, avec le mauvais objet qui charge ou qui n’apparaît pas !

Mais accompagné malheureusement d’énormément de crash ! Mais rarement pénalisant grâce au système de checkpoint très présent.

Dans quelques mois, une version toute belle et parfaitement jouable va ressortir. Mais qu’en reste il alors ? Cyberpunk 2077 sans bug est-ce un super jeu incroyable ou pas tant que ça ?

Ce test est réalisé sur une version PS4 tournant sur PS5, plusieurs jours après la sortie du jeu, donc après un bon nombre de correctifs, qui il faut le dire, était nécessaire.

Vous aurez l’occasion de parcourir 3 zones très différentes dans Cyberpunk 2077 :

Night City, cette immense ville peuplée de gratte-ciel, de petites ruelles sombres et d’histoires. Les Badlands, la campagne environnante, principalement constituée de désert mais pas vide pour autant. Et les zones plus industrielles, un peu moins intéressantes mais avec tout de même des choses à voir.

De jour comme de nuit, difficile de ne pas se laisser prendre par l’ambiance particulièrement bien travaillée, avec un level design remarquable. Vous y serrez plongé en 1ère personne de façon obligatoire, pour accentuer l’immersion, nous y reviendrons…

Vous pourrez passer énormément de temps à modifier et personnaliser votre personnage en début de partie. Un peu comme les SIMS, votre visage peut être modifié de toutes pièces, vos yeux, votre corps, tout est modifiable en choisissant dans une grande liste à combiner.

Sans pour autant atteindre des possibilités infinies, mais il est assez rare de voir une telle liberté pour un jeu solo.

À votre bon vouloir, vous pourrez donc jouer V en tant qu’homme ou en tant que femme, ou même un peu des deux. Car vous pourrez mixer les gens, les types de voix ect… Éloignez les enfants, il y a aura de la nudité dans Cyberpunk 2077, BEAUCOUP, des tétons, et même des pénis (dont vous pouvez choisir la taille).

Beaucoup de sex-toys, absolument partout dans les rues, les bureaux, à croire que c’est le nouveau smarthphone… on ne comprend pas vraiment pourquoi à vrai dire, c’est la juste pour être là.

PS : quelques jours après la sortie du jeu : retournement de situation avec un patch et la disparition de la quasi-totalité de ces sex-toys.

On aurait pu comprendre la critique d’une société future, hyper sexualisée, mais le jeu n’en fait jamais mention, un entre-deux aurait été agréable, mais non, on vous laisse là dedans et « c’est comme ça et c’est tout »

Tout ça pour au final ne jamais voir votre personnage allez-vous me dire ?

Oui, c’est vrai que vous allez passer la grande majorité du jeu à ne voir qu’une seule chose : vos mains.

Les seules occasions de voir votre personnage seront : dans votre inventaire pour choisir vos vêtements, au guidon d’une moto où la 3ème personne est possible, ou en activant les différents miroirs du jeu, qui ne dispose même pas de reflets en temps réel… aïe ça fait mal.

La seule vraie raison de soigner son personnage sont les cinématiques de fin, où vous verrez V en détail, et si vous avez fait n’importe quoi, vous allez peut-être le regretter…

Voir le guide des fins et des choix

Après la création de votre personnage, vous aurez  à choisir votre passé. Avec 3 possibilités : Corpo, Gosse des rues ou Nomade.

Voir les différences entre Corpo, Gosse des rues Nomade

Ce choix conditionnera le début de votre aventure : votre point de départ, la façon dont vous allez rencontrer les quelques personnages importants au début du jeu. Et… c’est tout…

Seules différences durant le jeu : les quelques dialogues additionnels que vous pourrez choisir, ce qui des fois, vous ouvrir quelques possibilités.

Mais n’attendez pas plus de Cyberpunk 2077, après la première heure de jeu, votre choix n’aura plus aucune importance et vous allez suivre le même chemin. Dommage.

On attendait peut-être un peu plus de bouleversement dans les chemins, ce qui en plus aurait apporté une réelle rejouabilité.

Bref, peut importe le prologue que vous choisirez, et je vous conseille d’essayer les 3. Vous découvrirez une introduction intéressante, très orienté sur l’action et la découverte des mécaniques du jeu. Difficile de ne pas accrocher à cette première partie !

Mais une fois la vraie aventure commencée, vous allez faire face à la réalité, notamment celle qui fait le plus mal : le vide intersidéral de Nigh City. Les rues sont vides, les véhicules sont très peu nombreux et restent majoritairement au loin.

Les PNJ pour une fois sont différents dans leurs tailles et leurs corpulences ! Ce qui est trop rare dans les jeux vidéo, des musclés, des gens en surpoids, des minces, des petits et des grands.

Mais le problème, c’est qu’on voit tout le temps les mêmes, parfois dans la même rue… Vous trouverez beaucoup plus de variété dans Watch Dogs par exemple.

Vous allez donc faire face à une ville incroyablement bien travaillée, dans son ambiance, sa verticalité et toute sa construction en règle générale, mais sans aucune vie pour donner un sens à tout ça.

Et l’immersion dans laquelle le jeu veut absolument nous plonger prend un sacré coup sur la tête…

Dans Night City et ses environs, vous pourrez vous déplacer à pied, en voyage rapide grâce à des terminaux, mais également en véhicule

Une bonne liste de voitures et de motos est disponible, mais qui coûte vraiment trop cher par rapport à votre argent dans le jeu, et qui ne sont malheureusement pas customisables…

Voir le guide de tous les véhicules du jeu

Vous non plus n’êtes pas customisable, Night City est peuplé de médecins nouvelle génération appelée Charcudoc, capable de vous refaire de A à Z pour vous ajouter des implants. Pour contre, des coiffeurs ou de la chirurgie pour modifier votre personnage ou votre sexe en cours de partie ? Non … Dommage.

La physique du jeu fait également pâle figure, en accusant même un retard technique assez flagrant sur certains points.

Difficile de croire que les effets d’eau son plus impressionnant dans Far Cry 5 ou dans GTA mais c’est bel et bien le cas…

Vous l’avez compris, Cyberpunk 2077 est bien loin que ce qu’on avait pu voir dans les trailers, même sur PC.

Bien loin de pouvoir assumer toutes ses promesses visuelles comme techniques, le jeu n’est pas abouti, pas fini le jour de la sortie cette image de révolution du jeu vidéo disparaît petit à petit.  

Cependant que le joueur se rassure, difficile de ne pas se prendre à l’ambiance de la ville. Pour passer sans doute de bons moments d’exploration, entre les buildings dans les grandes places ou les petites rues bien cachées, la ville très réaliste dans sa construction.

Night City pourrait exister en vrai sans problème, avec une vraie verticalité, ont peu, une fois le double saut débloqué, se balader de toit en toit, discrètement sans aucun problème.

Si le titre ne comble pas parfaitement nos attentes techniques, qu’en est-il du gameplay ?

Le gameplay

Dans Cyberpunk vous aurez l’occasion de jouer de plusieurs façons différentes : des phases de tir bien entendu, il s’agit principalement d’un FPS orienté RPG, avec de l’infiltration avec des possibilités de piratages et des phases de conduites.

Le tout, est assez inégal. Difficile, après The Witcher 3 d’imaginer CD Projeckt complètement changer de style et proposer un jeu et tir.

Et il faut saluer la réussite de ce côté là ! C’est plutôt bon, avec beaucoup d’armes très différentes organisées par catégorie : pistolet, revolver, fusil à pompe, sniper, ect … tout ce qu’il faut.

Un niveau de rareté est présent : commun, épique, légendaire, avec certaines armes particulièrement intéressantes avec des effets : balle incendiaire, balle intelligente à tête chercheuse. Il y a de quoi faire !

Mais ne vous y trompez pas, il ne s’agit vraiment pas d’un GTA like, pas de folie ici on est plus proche du Dying Light, les zombies en moins bien entendu, quoi que des fois on se demande …

Vous trouverez également tout un tas d’armes de mêlée là aussi très variées : katana, couteau, sex-toy (oui), où même encore des pelles, j’en ai trouvé une légendaire, et je peux vous dire que les dégâts ne manquent pas à l’appel…

Les démembrements très travaillés apportent un côté gore et enfin un peu de réalisme dans les armes ! Les sensations de combat sont bonnes et intéressantes, malgré un système de soins à base de Ventoline qui aurait pu être plus intéressant.

Les combats sont particulièrement bien accompagnés, de musique type très électronique, qui colle bien avec l’univers Cyberpunk.

Quand vous en aurez mare de jouer façon bourrin, ou si vous êtes plutôt du style infiltration, Cyberpunk 2077 à également pensez à vous.

Même si il ne sera pas possible de faire la totalité de jeu discrètement, ces options vous seront très souvent utiles.

Avec tout un tas de piratages disponibles pour agir : sur les caméras, les ennemis ou tout un tas d’appareils électroniques. Cette possibilité est justifiée par un implant qu’on vous donne dès le début du jeu.

Vous pouvez effectuer des piratages rapides pour distraire, ou étourdir ce qui utilisera votre mémoire vive. Ou alors vous devrez réussir un protocole de piratage avec des codes à sélectionner pour réussir :

Un système intéressant car pas toujours facile à résoudre mais qui est loin d’être amusant. Pas forcément convaincu par le principe, ça aurait pu être pire.

L’aspect général des piratages reste peu agréable à voir et à suivre, de même pour les danses sensorielles, un principe que l’on vous présente très rapidement dès le début du jeu, on en parle tout le temps, mais qui au final reste totalement sous-utilisé.

Seules quelques séquences beaucoup trop faciles sont présentes, sans réel intérêt. C’est dommage il y avait vraiment quelque chose à faire au niveau des enquêtes, un nouveau manque d’ambition du titre.

Pour finir, la conduite des véhicules : entre réussite et frustration. Parfois il est possible de passer de bons moments en 1ère personne, particulièrement à moto.

Mais à d’autres moments, l’obligation de repasser en 3ème personne est nécessaire tellement les véhicules deviennent des savonnettes.

Les contrôles, notamment sur les freinages deviennent carrément détestables, pas aidé par le GPS planqué tout en haut à droite, loin de la route, difficile d’anticiper les virages…

Beaucoup de bugs et de problèmes sont à prévoir avec les véhicules.

Quelques courses (seulement 4) sont présentes dans une suite de missions secondaires, dommage, le personnage de V aurait pourtant bien collé dans des courses de rues en mode “rebelle de Night City”… encore une occasion manquée… dommage.

Très rapidement au début du jeu vous ferez la rencontre de Johnny Silverhand joué, vous le savez très probablement, par Keanu Reeves. Son implémentation est remarquable de justesse !

Il sera là quand il faut, pour vous sermonner ou vous encourager. C’est très clairement le personnage le mieux écrit du jeu, et la relation qu’il tisse avec V tout au long du jeu est génial.

En fonction de vos choix vous pouvez en faire un très bon pote, ou l’inverse, ce qui influera les dialogues tout au long du jeu. Il apparaîtra également lors de missions secondaires, là où ne l’attend pas à des endroits particulièrement bien choisis et réalistes ! Un vrai bon point !

Cyberpunk 2077 est-il l’expérience déroutante et incroyable que l’ont attendant tous ?

Non clairement pas, le gameplay n’a rien de révolutionnaire et les défauts trop nombreux pour nous plonger parfaitement dans ce monde fort joli mais un peu vide.

L’interface surchargée n’aide pas non plus, avec un grand nombre de choses à lire, que ce soit le système de message trié un peu à l’arrache, ou encore des nombreux éclats.

Il y en a partout, ne sont pas toujours intéressants, au début on lit un peu et après on sélectionne, voir on ne lit plus rien du tout. Tout ça devient un peu indigeste.

Le système d’appel qui parfois nous coupe en plein milieu d’un autre dialogue et qui superpose tout.

Franchement, vous ? Vous lisez tout ça ? 

Ce n’est pas la seule chose qu’on sélectionnera, dans Cyberpunk 2077, il y a beaucoup de loot, c’est le côté RPG avec beaucoup, beaucoup, de choses inutiles à ramasser : des milliers de repas ou boissons qu’on n’utilise quasiment jamais.

Beaucoup d’armes sont disponibles, mais on sera beaucoup trop vite handicapé par le poids limité, et on finit par passer notre temps à faire le ménage, ou à ne plus rien ramasser.

Le système de compétences et lui aussi complexe pour pas grand-chose avec des points d’attribut, différents des points d’avantages, différents eux aussi des compétences du joueur. N’espérez pas tout pouvoir débloquer, il n’y a pas assez de niveau. Dans Cyberpunk 2077 vous allez devoir vous spécialiser.

Parfois un peu à l’aveugle, parfois un peu par obligation car vous ferez face à un obstacle qui vous barrera la route et qui vous demandera un certains niveau dans une compétence précise.

Vous pourrez vous spécialiser dans l’attaque ou la discrétion, en choisissant de mètre l’accent sur le piratage ou plutôt sur votre santé et vos dégâts.

Il aurai été génial de trouver un new game + pour recommencer une nouvelle partie avec un autre prologue, et pouvoir finir de débloquer les compétences… mais non. Dommage. 

Le système de matériel Cyber est sympa, vous aller pouvoir créer un vrai androïde avec des capacités très différentes.

Petit regret : au début du jeu on présente une belle séquence d’opération pour placer un nouveau système, avec un temps d’adaptation, et après plus rien… juste de l’achat et de l’inventaire. 

Vous trouverez également un grand nombre de vêtements avec des statistiques très présentes, et vous allez vous retrouver à choisir entre être beau et stylé mais nul, ou moche mais sacrément fort ! Ou alors choisissez d’y aller à poil, vous pouvez ! C’est beau la liberté.

La durée de vie et scénario

Cyberpunk 2077 est un jeu adulte c’est claire, dans une société dystopique corrompue, hyper sexualisé, le jeu aurait pu apporter une énorme critique là-dessus, mais il n’en est rien et on suit juste V dans une quête franchement basique de réussite contre la méchante entreprise. Un peu trop classique !

Mais si on accepte de suivre ce chemin tout tracé, les nombreux personnages principaux comme secondaire sont tous très bien écrit, charismatique et intéressant ! 

Johnny vient relier tout ça d’une main de maître pour créer un ensemble cohérent et un rythme toujours bien trouvé !

Si il y a bien une chose où Cyberpunk tient la route c’est son histoire et la cohérence de son univers, même si il aurait pu être beaucoup plus engagé et intéressant, surtout vu qu’il s’adresse à un public adulte et mature.

Malheureusement le plaisir n’est que de courte durée, avec seulement 20h en ligne droite et 50h en papillonnant, le contenu est très loin que ce qu’on espérait du nouveau de Cyberpunk 2077. À moins de vouloir absolument tout lire vous en aurez pour 100h à faire le 100% et tous les trophées et succès

Voir le guide des trophées et succès

Les voix françaises sont plus que réussies, V en tant que Homme ou femme c’est impeccable, le doubleur officiel de Keanu Reeves fais plus que le taf ! C’est juste, partout, tout le temps !

Même si vos choix en début et au cours du jeu n’ont aucune importance sur le déroulement de l’histoire, à part sur vos relations avec les personnages.

Que ce soit avec Johnny avec qui vous pouvez être pote ou presque ennemi mais aussi avec les nombreuses romances que vous pouvez avoir avec les personnages secondaires.

Voir le guide des romances

Le jeu possède tout de même 6 fins différentes, qui seront toutes rejouables très facilement car seulement les choix à la fin du jeu comptent, et qu’une fois terminé vous revenez juste avant la dernière mission que vous pouvez directement recommencer. Ce qui est dommage.

Dans certaines fins vous verrez pas mal de changement ! Et ça aurai été vraiment bien de garder ces changements pour la suite !

Par exemple sans spoiler, dans une des fins vous avez un nouvel appartement plutôt joli, vous finissez le jeu, c’est super, et PAF vous revenez avant la fin et plus d’appartement. C’est trop dommage, voir frustrant et c’est le cas avec d’autres fins aussi.

Voir le guide de toutes les fins

Le contenu secondaire très décevant, à part une dizaine de quêtes secondaires avec des personnages bien travaillés, tous le reste n’est que du remplissage bien triste : des contrats qui se répètent, des crimes qui se ressemblent posés un peu partout sur la carte.

Un système de gangs est présent dans le jeu, avec plusieurs groupes en fonction des quartiers, groupes que vous rencontrerez dans le cadre de certaines missions mais ça s’arrête là.

Aucun moyen de vraiment s’affilier avec un gang en particulier, créer des alliances ou des ennemis, comme ça avait pu nous être présentés dans les trailers. Encore une fois une promesse non tenue. Dommage.

La bande-son

Nous avons déjà parlé de la VF absolument parfaite et réussie, la musique très présente dans Cyberpunk vous accompagnera dans les phases d’action et de combat mais également durant les différentes émotions présentes dans le jeu.

Même si elle paraît un peu répétitive, elle colle parfaitement à l’ambiance du jeu.

Seul une ambiance de fond vient à manquer dans les rues déjà bien vides de Night City, ça manque cruellement.

Les réactions des gens dans la rue manque d’âme, avec une simple phrase bateau qu’on vous ressorte à toutes les sauces.

Note et conclusion

Cyberpunk 2077 est un bon jeu, c’est indéniable, mais il est très loin d’offrir les très nombreuses promesses faites durant ces nombreuses années d’attente. Aujourd’hui le jeu apparaît comme encore en développement, avec un contenu beaucoup trop faible, et un jeu clairement pas fini à sa sortie. Cyberpunk 2077 semble n’être qu’une phase Beta du projet ou un accès anticipé, dans lequel beaucoup de mécaniques et de choses restent à ajouter. Le nombre de promesses pas tenues assombrit le tableau pourtant joli, avec de gros points fort comme l’écriture des personnages et le level design de la ville vraiment réussi. Très inégale en fonction des plate-formes, l’immersion n’est pas suffisante, et il semble beaucoup plus sage d’attendre plusieurs mois avant d’essayer ce qui aurait pu être une nouvelle référence du jeu vidéo bridé par un manque d’ambition ou de temps de développement.

snir

L'avis de SNIR

15/20

Partager le test :

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Тимур
7 mois il y a

Par ailleurs, le jeu se dote de nombreuses sequences de dialogues, dont certaines ont d’ailleurs le bon gout de prendre la forme de questionnaires a choix multiples. Dans un jeu d’aventures habituel, les sous-titres s’afficheraient par blocs, et il serait possible de zapper chaque morceau de dialogues en cliquant sur le bouton droit de la souris. Mais pas dans Syberia III, qui nous impose l’ecoute des dialogues audio et affiche les sous-titres progressivement. Sachant que certains personnages s’expriment extremement lentement et que certaines voix sont totalement ratees, c’est une double punition pour qui a l’habitude de lire vite. Cet artifice participe a prolonger artificiellement la duree de vie du jeu et rajoute une petite ombre supplementaire au tableau final. Car il faut bien l’avouer, on attendait beaucoup mieux des nouvelles aventures de Kate Walker. Si elles sont toujours aussi agreables sur le fond et qu’elles beneficient une nouvelle fois d’une direction artistique de haute volee, l’aspect technique vient reellement gacher la fete.

Haazheelt
Haazheelt
6 mois il y a

Serait-il possible de connaître les différentes variables que tu as utilisées à la création de ton V (yeux, sourcils, nez, bouche, mâchoire) ?