Test Stray : Une incroyable pépite à faire cette été ?

Test : Stray sur PS4, PS5, et PC

Test : Stray sur PS4, PS5, et PC

Stray
stray-liste-des-trophees-ps5-et-ps4

Menu Stray

Test de Stray : mon avis sur le jeu

Stray est une vraie belle aventure à découvrir, les environnements somptueux et grandioses savent laisser place à des endroits plus resserrés et mystérieux, mais toujours aussi agréables à parcourir dans la peau de ce chat particulièrement mignon.

Sans pour autant bouleverser les habitudes des joueurs, le jeu sait surprendre en offrant un gameplay de déplacement au poil, et un univers qui se révèle totalement lors qu’on se laisse le temps de le découvrir et de fouiller partout.

Cependant, le jeu n’est pas sans points faibles, et peut décevoir là où on l’attendait le plus : sur sa narration. Au final, il ne parvient jamais à rentrer suffisamment profondément dans son scénario, et reste beaucoup trop en surface, nous laissant un peu sur notre faim.

Les phases de recherche et d’enquête prennent peut-être un peu trop de place, dans ce jeu déjà bien cours. Comptez environ 5h à 7h en fonction de votre curiosité.

Mais a n’en pas douter que l’ambiance et les visuels vraiment réussis sauront vous laisser de très bon souvenirs, tout comme les nombreux secrets que vous pourrez dénicher un peu partout et les phases d’affrontement un peu plus stressantes.

Reste que le jeu manque peut-être un peu de challenge, sauf le speedrun en 2h proposé par les trophées, vous n’aurez pas à trop vous creuser la tête, prenez le jeu comme il est : une petite aventure d’exploration à découvrir cet été !

snir

16/20

L'avis de SNIR

Stray

🛒 Acheter Stray :

[content-egg-block template=price_comparison groups="carte" hide=domain,priceOld,stock_status,currencyCode,stock_status]

Le test complet :

Partager le test :

Attendu comme la pépite de l’été, Stray arrive les moustaches au vent, avec la promesse d’une aventure solo inédite, dans la peau d’un chat qui se retrouve abandonné dans un monde fort peu accueillant, et qui devra se frayer un chemin à travers les menaces et les mystères.

Stray tient t-il ses promesses et offre t-il une aventure à la hauteur ? La réponse dans ce test.

Ce test est sans spoil sur le scénario, mais il est impossible de donner un avis complet sans évoquer certains passages du jeu, soyez en conscient

Très vite, vous prendrez vos marques, avec le gameplay basé sur des déplacements libres et des interactions, mais surtout, ce qui va vous marquer et ça, dès le début du jeu, c’est la technique incroyable et la beauté des environnements !

L’aventure commence directement dans les poils de notre petite bête, ici, pas question de personnalisation, de nom ou quoi que ce soit, ce sera « le chat » et c’est tout. Pas plus d’introduction.

Les environnements sont particulièrement impressionnants ! La version PS5 sur laquelle le jeu a été testé offre des visuels grandioses ! La gestion de la lumière est fabuleuse et le niveau de détails et tout aussi remarquable pour un jeu de cette ambition !

Tout au long de votre aventure, vous allez parcourir différents environnements, cependant, la grande majorité du jeu sera dans des environnements sombres, des ruelles ou des égouts. L’histoire s’axe principalement autour d’une ville, où vivent exclusivement des robots sur lesquels nous reviendrons.

Certains endroits sont bluffants et rendent plus que fidèlement l’impression d’être tout petit dans un monde de géants, heureusement, vous aurez aussi tout un tas d’endroits resserré pour vous faufiler un peu partout.

Ce level design varié donnera un terreau fertile pour l’un des points les plus réussis du jeu : les déplacements ! Quel plaisir de contrôler le chat dans Stray ! Petits rebords, meubles, en intérieur comme en extérieur !

À première vue, le système de saut automatique pourrait paraître simpliste, on se rapproche d’un rebord ou d’une direction, et on appuie sur la touche et hop ça passe !

Mais cette simplicité est cassée par le nombre incroyable d’endroits où vous pouvez monter, grimper, vous accrocher. Un rebord de barrière, une petite fenêtre, vous pouvez aller partout ou un chat aurait envie d’aller ! Et c’est génial !

On se surprend à rentrer dans un bar avec quelques robots, puis on voit un billard : on monte dessus, on fait n’importe quoi avec les boules, puis on redescend, pour monter sur le bar, et passer entre les clients et leurs boissons.

Le jeu offre un vrai potentiel de papillonnage ! Et de ces petits moments d’explorations surprenantes, le jeu en est truffé.

Les plus explorateurs d’entre vous s’en donneront à cœur joie ! Surtout une fois arrivé au centre-ville, l’une des zones les plus ouvertes, qui regorge de petits endroits en hauteur, et zones cachées dans lesquelles découvrir des parties totalement secondaires.

Car oui, il y va y en avoir du contenu secondaire dans Stray, les plus pressés pourront se contenter de suivre le cheminement en ligne droite, mais ce sera perdre une énorme partie de Stray, qui prend une autre ampleur quand on se laisse le temps de découvrir tous les détails du jeu.

Plongez-vous dans le jeu, et faites boire votre chat dès qu’une gamelle se présente, faites lui gratter un mur, vous découvrirez peut-être un secret derrière, ou prenez le temps de vous allonger dans un petit coin douillet !

Faites-le, vraiment ! Car des secrets, il n’y en a pas tant que ça, vous pouvez facilement tout voir et tout trouver si vous prenez vraiment le temps de chercher, alors ne passez pas à côté de ces heures supplémentaires vraiment intéressantes !

Reparlons des robots : très vite, vous comprendrez qu’ils n’ont rien d’agressif, ce sont les villageois d’un monde particulièrement sombre et ils ont plein de choses à vous dire !

Certains n’auront pas grand-chose à vous apprendre, et se contenteront d’une ou deux lignes de dialogues, mais pour d’autres, vous obtiendrez des indices fort importants, ou même l’occasion de connaître un peu plus l’histoire du monde, ou encore de débloquer des collectibles.

Détails importants : il n’y aucune voix off dans le jeu, ni anglaise, ni française. Seul des bruitages et une superbe musique d’ambiance vous accompagneront. Le design sonore est plutôt réussi. Cependant, il ne faut pas avoir quelque chose contre la lecture !

Et c’est peu être ici un premier petit bémol. Les robots se contenteront d’un bruitage, qui va très vite devenir répétitif, on se croira dans Animal Crossing, mais rien de vraiment perturbant.

Les bruitages du chat me laissent perplexe également, sachez que vous pourrez miauler à n’importe quel moment, avec un simple appui sur la touche cercle rond, cela servira à de rares occasions pour attirer l’attention, mais c’est tout, et je dois dire que je ne suis pas convaincu par le bruitage du chat.

Qui, n’est pas si réaliste que ça, et quel dommage pour un jeu où la seule manière de s’exprimer est un miaulement, de ne pas avoir enregistré des sons plus réalistes…

Encore une fois, cela ne devrait vraiment pas vous empêcher de profiter du jeu. Et vous pourrez continuer à travers les quelques chapitres que compose l’histoire de Stray.

Niveau durée de vie, lors d’une première partie, j’ai mis 5 heures en étant plutôt curieux. Si vous voulez tout trouver et le faire à 100%, il faudra bien une ou deux heures de plus.

Mais ne comptez pas dépasser les 10h, ou éventuellement pour le platine.

S’il y a beaucoup d’endroits où l’on se perd à admirer le paysage, ce n’est clairement pas seule chose que vous aurez à faire dans Stray, au contraire, le jeu sait vous occuper, et notamment grâce à ses nombreuses phases de puzzle.

Enfaîte, c’est même une énorme partie du jeu, là où vous allez passer le plus de temps dans Stray, c’est quand il faudra chercher les bons objets et éléments pour passer à la zone suivante.

Et c’est vrai que je ne m’attendais pas à autant de phases comme ça, le jeu en oubli presque la narration par moments…

Très souvent, il s’agira d’une suite de personnes à qui parler et qui demanderons tous un objet, vous avez besoin d’une clé ?

Allez parler à Michel, mais Michel a besoin d’une couverture, donc il faut trouver cette couverture, pour ça, c’est Mirelle, mais elle a besoin de câbles électriques, qui seront donné par Jean-Louis si vous avez 3 cannettes de boissons… ect.

Voyez le genre ?

Ce qui n’est pas totalement déplaisant, on se retrouve à faire notre petite enquête avec notre chat, à parler à tout le monde pour avoir des indices, mais cela prend au final une place non négligeable dans le jeu, peut être trop…

Et d’ailleurs, le scénario est un point qui me partage également, sans trop en dire pour ne pas spoiler,
je trouve que le jeu reste beaucoup trop en surface, et ne plonge jamais suffisamment dans sa propre histoire.

Très clairement, notre chaton se fait embarquer dans un mystère qui le dépasse, et on aurait attendu beaucoup plus de réponses et de détails de la part du jeu ! Même avec les petits collectibles et discutions qui apportent quelques infos en plus.

Il en manque, et beaucoup ! Je reste sur ma faim, l’histoire n’est peut-être pas aussi bien construite que ça ! Comme c’était le cas par exemple sur Kena Brige of Spirits, qui avait plus ou moins les mêmes ambitions de petite pépite indépendante à faire absolument.

Ce mystère est un mal qui ronge la ville dans laquelle vous évoluez, et dont la principale menace est une substance qui s’étend un peu partout, qui finira par donner naissance au premier type d’ennemis du jeu : les zurks !

Particulièrement proche d’une tique (on comprend le but), ces petits insectes vont vous poursuivre à beaucoup de moments dans le jeu, et il faudra ruser et utiliser vos points forts de chats pour vous en sortir : courir, grimper, ect …

Et si vous n’arrivez pas à vous en défaire : ils s’accrocheront à vous, c’est la mort qui vous attend. Car oui, votre chat peut mourir dans Stray. Mais rien de grave ni de punitif, il y a énormément de checkpoint.

C’est cependant la seule façon que le jeu a de nous apporter un peu de challenge, car oui les puzzles seront toujours particulièrement faciles à résoudre, et vous ne pouvez pas rater de saut, alors…

D’ailleurs on n’en a pas encore parlé depuis le début, vous serez vite accompagné par un petit robot volant : B-12, qui deviendra votre ami, et avec qui vous aurez l’occasion de corroborer à de nombreuses reprises pour pirater ou même simplement : pour comprendre les robots. qui ne parle pas le chat.

De plus, B-12 finira par avoir un flash UV capable d’éliminer les Zurks, de quoi rendre le jeu encore plus facile !

Un peu plus tard, d’autres robots volants (ennemis ce coup-là) seront présents : les sentinelles, qui ne vous feront pas de cadeaux non plus, et qui seront là pour implémenter un gameplay d’infiltration, mais là, encore une fois, rien de très sorcier.

Vous l’avez compris, ce n’est pas sur Stray que vous aurez de quoi vous challenger ! Le jeu est particulièrement accessible en tout point.

Mais mention spéciale à certaines zones d’affrontement de Zurks qui seront là pour faire monter la tension !

Note et conclusion

Stray est une vraie belle aventure à découvrir, les environnements somptueux et grandioses savent laisser place à des endroits plus resserrés et mystérieux, mais toujours aussi agréables à parcourir dans la peau de ce chat particulièrement mignon.

Sans pour autant bouleverser les habitudes des joueurs, le jeu sait surprendre en offrant un gameplay de déplacement au poil, et un univers qui se révèle totalement lors qu’on se laisse le temps de le découvrir et de fouiller partout.

Cependant, le jeu n’est pas sans points faibles, et peut décevoir là où on l’attendait le plus : sur sa narration. Au final, il ne parvient jamais à rentrer suffisamment profondément dans son scénario, et reste beaucoup trop en surface, nous laissant un peu sur notre faim.

Les phases de recherche et d’enquête prennent peut-être un peu trop de place, dans ce jeu déjà bien cours. Comptez environ 5h à 7h en fonction de votre curiosité.

Mais a n’en pas douter que l’ambiance et les visuels vraiment réussis sauront vous laisser de très bon souvenirs, tout comme les nombreux secrets que vous pourrez dénicher un peu partout et les phases d’affrontement un peu plus stressantes.

Reste que le jeu manque peut-être un peu de challenge, sauf le speedrun en 2h proposé par les trophées, vous n’aurez pas à trop vous creuser la tête, prenez le jeu comme il est : une petite aventure d’exploration à découvrir cet été !

snir

16/20

L'avis de SNIR

stray-guide-trophees-succes-platine-facile

🛒 Acheter Stray :

[content-egg-block template=price_comparison groups="carte" hide=domain,priceOld,stock_status,currencyCode,stock_status]

Partager le test :

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires